Lavie.bio

🚚 Livraison en point relais offerte à partir de 50 euros d’achat en France métropolitaine 💦

icone cv téléphone (+33) 4 42 92 79 84 Horaires d’ouverture
9h00-13h00
14h00-17h00

Qualité de l'eau du robinet en France : on vous dit tout ce que vous devez savoir

Table des matières
qualité eau du robinet

Chaque jour, des millions de Français font un geste simple : ouvrir le robinet. Mais combien s’interrogent sur la qualité de cette eau qui s’écoule ? L’eau potable, à la croisée des enjeux sanitaires, environnementaux et économiques, mérite toute notre attention. Faisons un tour d’horizon de la qualité de l’eau du robinet en France et de sa surveillance.

La qualité de l'eau du robinet en France

1. Historique et contexte général

De la fontaine publique des villages d’antan au réseau complexe de distribution moderne, l’accès à l’eau potable a constamment évolué. Historiquement, nos ancêtres faisaient confiance aux sources naturelles, ignorant les micro-organismes pathogènes invisibles à l’œil nu. Ce n’est qu’au XXe siècle que la potabilisation de l’eau est devenue systématique, avec le développement des technologies et la montée des préoccupations sanitaires.

2. Les normes en vigueur

La réglementation française est l’une des plus strictes au monde. Elle s’appuie sur des centaines de critères, allant des concentrations en minéraux aux traces de pesticides. Ces normes sont le fruit de longues années de recherche scientifique, visant à garantir une eau saine pour tous, indépendamment de son origine et son trajet.

Ainsi, les Agences Régionales de Santé (ARS) s’assurent que l’eau respecte les normes sanitaires à travers un suivi permanent. La France disposant de diverses régions, chacune d’elles bénéficie d’un contrôle adapté à ses particularités géographiques et environnementales.

3. Le parcours de l'eau : du milieu naturel à votre verre

L’eau que nous buvons provient soit des nappes phréatiques, soit des eaux de surface (rivières, lacs). Après sa collecte, on la traite pour éliminer les impuretés, puis est stockée dans des réservoirs avant d’être distribuée. Chaque étape est rigoureusement contrôlée pour prévenir toute contamination.

Problématiques liées à la qualité de l'eau potable

Abordons dans ce chapitre les différentes substances qui peuvent altérer la qualité de l’eau du robinet.

1. Contaminants naturels

Bien que certains éléments, comme le calcium ou le magnésium, soient bénéfiques à la santé, d’autres, comme l’arsenic ou certains radionucléides, présents naturellement dans le sous-sol de certaines régions, peuvent poser des problèmes de santé à long terme.

2. La Qualité Microbiologique

En premier lieu, la qualité microbiologique est essentielle pour assurer la sécurité de l’eau. La présence de micro-organismes peut indiquer une contamination à divers niveaux, comme le transport ou le stockage.

Ces organismes peuvent être la cause de troubles gastro-intestinaux chez les consommateurs. Les germes comme l’Escherichia coli sont des indicateurs de contamination fécale.

Virus, bactéries, parasites… Ces microorganismes, souvent d’origine fécale, peuvent provoquer des maladies parfois graves. La chloration, couramment utilisée en France, permet de neutraliser ces menaces.

3. Les Nitrates: Un Défi à Relever

Ensuite, la présence de nitrates est préoccupante. Bien qu’ils existent naturellement, leur augmentation peut être due à des activités humaines, telles que l’agriculture. Ainsi, les nitrates peuvent se transformer en nitrites dans le corps humain, entravant le transport de l’oxygène par les globules rouges.

4. Les Pesticides: Des Intrus Chimiques

Les pesticides, malgré leur utilité, peuvent infiltrer nos réserves d’eau. La présence de ces substances dans l’eau est principalement due à l’agriculture, mais aussi à l’industrie. Les effets des pesticides à long terme restent une préoccupation majeure.

5. Radiologie de L'Eau: La Radioactivité Naturelle

Certaines régions, notamment celles avec des terrains granitiques, peuvent avoir une radioactivité naturelle élevée. La surveillance de ces radionucléides est essentielle pour garantir la sécurité du consommateur.

6. Le Plomb: Un Métal Lourd à Surveiller

Enfin, la présence de plomb dans l’eau est étroitement surveillée, et les normes ont été renforcées, passant de 25 µg/L à 10 µg/L en 2013.

7. Autres Substances

De surcroît, notons que de nouvelles substances, telles que les résidus de médicaments ou les composés perfluorés, sont constamment découvertes et étudiées pour comprendre leur impact sur la qualité de l’eau.

Hormones, médicaments, résidus de produits cosmétiques, chlorure de vinyle… Les cycles naturels de l’eau, par l’intermédiaire de la pluie, du ruissellement ou des rejets, amènent ces nouvelles substances dans les rivières et nappes phréatiques. Leur impact à long terme sur la santé et l’environnement est encore mal connu.

Si les analyses réalisées notamment par les ARS prouvent une présence des différents contaminants cités ci-dessus dont la concentration dépasse un certain seuil, les autorités sanitaires déclarent alors l’eau comme non conforme.

Concept de non-conformité

La non-conformité de l’eau peut avoir de diverses implications, allant de la simple altération du goût ou de l’odeur de l’eau à des risques sanitaires plus sérieux pour la population.

Le concept de non-conformité de l’eau en France fait référence à la situation où l’eau distribuée ne répond pas aux normes et standards de qualité fixés par la réglementation en vigueur. Lorsque l’eau est déclarée “non conforme”, cela signifie qu’elle présente des risques pour la santé ou qu’elle ne répond pas aux exigences organoleptiques, physico-chimiques ou microbiologiques établies.

Types de non-conformités

1. Non-conformité microbiologique

La présence de micro-organismes pathogènes dans l’eau potable est strictement réglementée. Quelques exemples de critères de non-conformité incluent :

  • Escherichia coli (E. coli) : 0 UFC (Unité Formant Colonie) / 100 mL. Tout résultat positif est une non-conformité.
  • Entérocoques : 0 UFC/100 mL. Tout résultat positif est une non-conformité.
  • Bactéries revivifiables à 22°C et 36°C : Ces critères dépendent du volume d’eau distribué et de la source (eau de surface ou souterraine). Leur présence en grand nombre peut indiquer un problème de traitement ou de contamination.

2. Non-conformité chimique

Les substances chimiques ont des valeurs seuils variées, dépendant de la toxicité et des effets potentiels sur la santé. Quelques exemples :

  • Nitrates : 50 mg/L.
  • Pesticides : Pour la plupart, 0,1 µg/L pour un pesticide individuel et 0,5 µg/L pour la somme totale des pesticides détectés.
  • Plomb : 10 µg/L.

3. Non-conformité organoleptique

Les critères de non-conformité pour les paramètres organoleptiques sont plus subjectifs, car ils concernent souvent les caractéristiques gustatives, olfactives ou visuelles de l’eau. Toutefois, la réglementation définit des seuils pour certains paramètres :

  • Couleur : généralement exprimée en unités Hazen (UH). Une eau ayant une couleur supérieure à 20 UH pourrait être considérée comme non conforme, mais cela dépend également des caractéristiques locales de l’eau.
  • Turbidité : exprimée en Unité Néphélométrique de Turbidité (UNT). Un seuil commun est de 4 UNT, mais cela peut varier selon les régions et les sources d’eau.
  • Goût et odeur : Ces critères sont plus subjectifs. Toute altération du goût ou de l’odeur peut être signalée par les consommateurs et faire l’objet d’enquêtes.

4. Surveillance et détection

La détection des non-conformités repose sur une surveillance régulière. Les Agences Régionales de Santé (ARS), en collaboration avec les exploitants de services d’eau, effectuent des contrôles réguliers pour s’assurer que l’eau distribuée est conforme aux normes.

À lire aussi : Comment détartrer une bouilloire et prolonger sa durée de vie ?

Qualité de l'eau du robinet par commune

Face aux enjeux, la transparence est de mise. Aujourd’hui, chaque Français peut accéder aux données concernant la qualité de l’eau de sa commune, grâce à des plateformes dédiées ou aux rapports annuels des distributeurs.

1. Consultez le site de votre mairie

La plupart des mairies ou communautés de communes mettent à disposition du public les résultats des analyses de l’eau potable. Ces rapports sont généralement publiés chaque année. Vous y trouverez des informations détaillées sur la conformité de l’eau par rapport aux normes en vigueur.

2. Vérifiez le rapport annuel de distribution de l'eau

Chaque année, les distributeurs d’eau publient un rapport détaillé sur la qualité de l’eau distribuée. Ce document offre un aperçu précis des analyses effectuées tout au long de l’année. Il est souvent accessible sur le site internet du distributeur ou peut être demandé directement.

3. Utilisez les plateformes gouvernementales

Des plateformes gouvernementales, telles que le SISPEA (Système d’Information sur les Services Publics d’Eau et d’Assainissement) permettent d’accéder à des données détaillées sur la qualité de l’eau potable dans toutes les communes françaises :https://www.services.eaufrance.fr/carte-interactive

Le site du ministère de la santé fournit également une information complète sur les analyses du contrôle sanitaire effectué sur la qualité de l’eau sur votre commune : https://sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau

À lire aussi : Quel est le prix du m3 d’eau en France et dans ma commune ?

Vers une eau du robinet plus pure

Donc si l’eau du robinet est potable, sa qualité peut être grandement améliorée garce à divers dispositifs de filtration domestiques.

1. Les purificateurs d'eau

Face aux préoccupations croissantes, le marché de la purification domestique a explosé. Carafes filtrantes, osmoseurs, filtres sur robinet… L’offre est variée.

À lire aussi : Purificateur d’eau : le guide complet

2. Des technologies toujours plus performantes

Si les carafes filtrantes sont efficaces contre le chlore, d’autres technologies, comme l’osmose inverse ou la filtration à charbon actif, permettent d’éliminer une palette plus large de contaminants.

3. Les limites de la filtration

Mais filtrer l’eau n’est pas sans conséquence. Une eau trop pure peut, par exemple, être corrosive pour les canalisations. De plus, un entretien insuffisant des filtres peut conduire à une contamination.

À lire aussi : Filtre à eau du robinet – Que Choisir ?

En conclusion, en France, l’eau est l’un des aliments les plus contrôlés afin d’assurer sa qualité et la bonne santé publique. Les mesures en place garantissent que l’eau potable reste sûre à consommer, même si des améliorations sont constamment recherchées.

Pascal Nuti CEO de LaVie Purificateur d'eau

Article écrit le 10/08/2023 par Pascal Nuti – CIO Solable – Passionné d’énergie, je recherche constamment de nouvelles cibles d’amélioration, en explorant des chemins transversaux à l’aide de méthodes inédites.

Vous voulez rester à jour sur nos articles autour de l’eau ?

Inscrivez-vous ci-dessous à notre Newsletter
et obtenez -5% sur votre première commande !

Panier
Retour en haut